Plateforme arméno-turque

Points de vues de Turquie, d'Arménie et de la Diaspora
Traduction intégrale en turc, arménien, anglais et français

 

Génocide : la justice vue d’Arménie

 
 
  Point de vue d'Arménie


Génocide : la justice vue d’Arménie

Lilit Gasparyan

 

 
Lilit Gasparian

Journaliste d'Arménie

Les Arméniens du monde entier, en Arménie et en Diaspora, s’apprêtent à l’échéance de 2015 pour commémorer à travers divers événements le 100ème anniversaire du Génocide des Arméniens. La commémoration du Génocide dans la société arménienne a été accompagnée en général d’exigences de réparation et de revendications territoriales. Cependant, l’absence de mention de réparation dans les résolutions et les lois adoptées par différents parlements reconnaissant le Génocide arménien a créé une impression erronée selon laquelle la seule revendication arménienne vis-à-vis de la Turquie est la reconnaissance du Génocide, ce qui est tout à fait faux.

L’exigence de réparation s’est exprimée de différentes façons à différentes époques et de la part de divers milieux, telles que « rétablissement de la justice historique », « revendication », « élimination des conséquences », etc.

Dans les années 1920-30, le 24 avril était célébré principalement en Diaspora, par des cérémonies religieuses. Pendant les premières années de la soviétisation de l’Arménie cette date était surtout commémorée dans les églises et plus tard, avant 1965, la mémoire des victimes du Génocide était commémoré essentiellement dans les familles, en tant que jour de mémoire des parents et des proches. C’étaient surtout des organisations politiques qui revendiquaient des réparations de la part de la Turquie sous forme aussi de restitutions territoriales en saisissant par leurs demandes différentes instances internationales ou milieux politiques.

Vers la fin de la Seconde guerre mondiale, en 1945, les partis politiques et mouvements arméniens de la Diaspora se sont adressés à l’Organisation des Nations Unies (ONU) nouvellement créée et à d’autres instances internationales avec une demande de soutien afin que les Arméniens puissent se faire restituer leurs territoires dont les frontières avaient été précisées par la décision arbitrale du président américain Woodrow Wilson, le 22 novembre 1920.

En 1946, le Commissariat du peuple de l’Arménie soviétique (ministère des Affaires étrangères) prépare le dossier spécial N°410 intitulé « La conquête par la Turquie des territoires arméniens »  où, à grand renfort d’arguments, explique pourquoi l’Union soviétique doit revendiquer à la Turquie certains territoires arméniens.

Aux premières années de la guerre froide les revendications arméniennes devinrent moins insistantes, sans cesser pour autant. Pour les Arméniens vivant en Occident il n’était pas facile politiquement de revendiquer des territoires à un Etat membre de l’OTAN, la Turquie, pour les rattacher à l’une des républiques de l’URSS, l’Arménie soviétique. Il était plus facile de parler de la nécessité de punir les responsables des massacres arméniens que Raphael Lemkin, le père de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide adoptée par l’ONU en 1948 avait qualifiés de génocide, sans pour autant négliger le problème des réparations.  

Le 24 avril 1965, le 50ème anniversaire de la commémoration des victimes du Génocide arménien est célébré pour la première fois en Arménie soviétique au niveau de l’Etat. En marge de l’événement officiel, une manifestation regroupant des milliers de personnes sous le slogan « Nos terres, nos terres » porté sur des pancartes a lieu à Erevan.

La même année, la question de la reconnaissance internationale du Génocide arménien est soulevée à l’ONU et l’Uruguay le reconnaît par une loi. On assiste parallèlement à la politique négationniste turque qui va grandissant.

En 1973, l’une des sous-commissions onusiennes se penche, pendant des années, sur la question d’inclure le Génocide des Arméniens dans son rapport spécialisé, ce qui se concrétise finalement en 1985.

A cette période, il était question principalement du fait de génocide. Quant à l’exigence adressée à la Turquie pour que celle-ci le reconnaisse, comme cela était le cas pour la résolution du Parlement européen du 18 juin 1987, il était noté que la Turquie d’aujourd’hui ne pouvait pas être responsable de la tragédie arménienne vécue sous l’empire Ottoman, soulignant que « la reconnaissance de cet événement historique comme génocide ne donne lieu à aucune revendication d’ordre politique, juridique ou matériel à l’égard de la Turquie actuelle ». Cette « réserve » témoigne du fait que la question de revendications vis-à-vis de la Turquie a toujours existé, c’est pourquoi le Parlement européen a souhaité y faire obstacle.

C’est dans ce climat que le Soviet suprême (parlement) de l’Arménie soviétique met en place, le 23 septembre 1989, la commission « d’appréciation politique et juridique du traité russo-turc du 16 mars 1921 » qui allait préparer un projet de décision pour dénoncer le traité cité et son pendant imposé à l’Arménie sous forme du traité de Kars du 13 octobre. (La Turquie considère le traité de Kars comme base juridique de ses frontières actuelles).

La Déclaration d’indépendance de l’Arménie du 23 août 1990 adoptée par le Parlement de l’Arménie soviétique stipule : « conscient de sa responsabilité devant le destin du peuple arménien concernant la mise en œuvre des aspirations de l’ensemble des Arméniens et du rétablissement de la justice historique […] la République d’Arménie soutient la reconnaissance internationale du Génocide arménien de 1915 en Turquie ottomane et en Arménie occidentale ». Selon la Constitution arménienne, cette déclaration « fixe les principes fondamentaux de l’Etat arménien et les objectifs de la nation ».

Dans le message à la nation du 24 avril 1998 du président de la République d'Arménie, Robert Kotcharian, on lit : « Nous ne voulons pas être l’otage du passé, mais la voie de l’émancipation passe par l’évaluation juste du passé. La mise en œuvre de notre demande de reconnaissance du Génocide contribuera à l’établissement dans la région de la paix et de la sérénité. Notre problème majeur aujourd’hui est donc de rassembler les forces humanistes du monde entier et de l’ensemble des Arméniens pour faire triompher la justice historique et assurer le développement pacifique et le renforcement de notre patrie ». Le 20 avril 2005, Robert Kotcharian affirmait : « A la suite du Génocide, le peuple arménien est devenu réfugié, se dispersant dans le monde entier. La condamnation internationale du Génocide des Arméniens et la nécessité de rétablir la justice historique ont été sacrifiées sur l’autel de la grande politique. »

« La stratégie de la sécurité nationale » approuvée en 2007 énonce : « Poursuivant le but de la reconnaissance et la condamnation générales du Génocide des Arméniens, en particulier de la part de la Turquie, l’Arménie le considère non seulement du point de vue de rétablissement de la justice historique, mais également dans le contexte de la normalisation de la confiance mutuelle dans la région et la prévention à l’avenir de crimes semblables. »

Dans son message du 24 avril 2008, le président Serge Sarkissian disait : « L’Arménie, Patrie de tous les Arméniens, doit multiplier ses efforts en vue de rétablissement de la justice historique. » L’année suivante, il disait à la même date : « La reconnaissance et la condamnation du Génocide des Arméniens est une question de rétablissement de la justice historique pour le peuple arménien et la République d’Arménie. »

Lors de la conférence scientifique du 14 décembre 2010 intitulée « Crime de génocide : condamnation, prévention, élimination des conséquences », le président arménien déclarait : « Nous sommes sûrs que le chemin de la réconciliation qui passe de la reconnaissance au pardon, de la justice à la paix, ainsi que la tolérance et la coexistence n’ont pas d’alternative. » Et de conclure : « Cet événement est important aussi dans le contexte d’élaboration d’approches claires et de textes conceptuels en vue d’éliminer les conséquences des génocides. »

Le fondateur du parti « Héritage », le tout premier ministre des affaires étrangères d’Arménie Raffi Hovhannissian qui à maintes reprises a parlé du Génocide arménien et de la responsabilité turque, énonçait dans son programme électoral de candidat présidentiel en 2013 : « Il faudrait que le 24 avril 2015, lors du 100ème anniversaire de la Grande catastrophe du peuple arménien à la suite de laquelle il a perdu sa patrie, la République turque trouve suffisamment de courage politique et de fermeté morale afin de jeter un pont au-dessus de l’abîme entre l’Arménie et la Turquie, de reconnaître ce crime sans précédent contre l’humanité qu’elle a commis et d’établir la paix par la voie de la normalisation des relations basées sur la reconnaissance de la vérité et des réparations substantielles. »

Le 24 avril 2013, Vardan Oskanian, ancien ministre des affaires étrangères et membre actuel du groupe parlementaire « Arménie prospère », écrivait : « Il est temps si ce n’est pas trop tard pour que tout en gardant la reconnaissance du Génocide dans notre champ de vision, nous nous concentrions sur l’élimination de ses conséquences. Cela signifie revendiquer nos droits, exiger la réparation de nos pertes matérielles, spirituelles, intellectuelles et morales. »

Le même jour, les deux Catholicos de l’Eglise apostolique arménienne faisaient une déclaration commune, exigeant de la Turquie : « 1) Indemniser complètement le peuple arménien de toutes les pertes subies et de ses droits humains et nationaux bafoués ; 2) Restituer sans tarder au peuple arménien, en tant que seul propriétaire, les églises, les monastères arméniens, les domaines ecclésiastiques et les valeurs spirituelles et culturelles.»

Le 27 mai 2014, Erevan accueille la quatrième séance de la commission d’Etat de coordination des événements dédiés au centenaire du Génocide présidée par Serge Sarkissian. Dans son discours il explique : « Des juristes arméniens sont en train d’élaborer un dossier juridique relatif au Génocide arménien qui se penchera sur les problèmes individuels, nationaux et de communes », en concluant : « Que personne n’espère que le centenaire du Génocide tirera un trait sur notre cause. Il n’est qu’une étape pour faire notre deuil, pour nous revigorer l’esprit et d’atteindre la vérité. Nous allons nous présenter à ce rendez-vous du centenaire avec des objectifs renouvelés et un nouvel agenda pan arménien, avec nos projets d’un Etat plus puissant et une Diaspora plus unie. L’événement du centenaire fera le bilan d’une étape historique en annonçant la nouvelle étape de combat au nom de rétablissement de la justice historique. »

Le 19 septembre 2014 fut publié le rapport final du Groupe d’études de réparations pour le Génocide arménien (GERGA) : « Solution équitable : Réparations pour le Génocide arménien ». Le GERGA présente les propositions suivantes concernant les réparations du Génocide arménien fondées sur cinq composantes de réparations complètes.

(1) Punition

« Dans le cas du Génocide arménien les responsables immédiats ne sont plus en vie pour être traduits en justice, par conséquent il n’est pas possible d’appliquer cette composante. »

(2) Reconnaissance, pardon, enseignement et devoir de mémoire

« Le gouvernement turc et les formations complices non gouvernementales doivent reconnaître officiellement le Génocide et demander pardon. »

(3) Soutien aux Arméniens et à l’Arménie

« L’Etat turc doit apporter un soutien politique et autre à l’Etat arménien et à l’ensemble des Arméniens afin d’assurer leur pérennité. »

(4) L’assainissement de la Turquie

« Outre la cessation totale de l’action négationniste et l’établissement de respect envers les Arméniens et les autres nationalités de la Turquie l’Etat et la société turcs se doivent d’éradiquer de toutes les institutions, de la culture, etc. les traces de comportement anti arménien et de l’idéologie et de la pratique génocidaire, tel que l’article 301 du Code pénal turc. »

(5) Restitution de biens et indemnisation des biens, ainsi que pour le décès ou la souffrance causés. »

Des sommes allant de 70 milliards à 105 milliards d’USD sont fixés. Le groupe d’études considère que le territoire fixé par la décision arbitrale du président Woodrow Wilson est la meilleure solution de réparation politique, mais il considère d’autres solutions aussi.

Dans son discours de clôture adressé aux 700 participants à la cinquième conférence Arménie-Diaspora Serge Sarkissian dit « Beaucoup d’entre vous font partie de commissions régionales de coordination des manifestations consacrées au 100ème anniversaire du Génocide. L’objectif de vous tous est le rétablissement de la justice et le triomphe de la raison humaine sur les ténèbres »

L’un des quatre thèmes de la même conférence portait sur le « Processus de reconnaissance internationale du Génocide arménien, sa condamnation et l’élimination des conséquences. » Parmi les quelque quarante intervenants, beaucoup ont proposé d’adopter, comme objectif principal à la veille du centenaire du Génocide, la restauration des droits des Arméniens et la revendication de la justice et de réparations. Selon Artak Zakarian, membre du parti républicain au pouvoir et président de la commission parlementaire permanente pour les affaires étrangères, la reconnaissance du Génocide n’est pas le but final, puisque les Arméniens ont aussi d’autres revendications.

Quelques jours après la conférence évoquée, le 24 septembre, dans son discours à la tribune de la 69ème session de l’Assemblée générale de l’ONU Serge Sarkissian déclarait : « Ce crime qui n’a pas son précédent dans l’histoire et qui avait pour but de massacrer et de priver tout un peuple de sa patrie demeure une plaie ouverte pour les Arméniens du monde. » C’était la première fois que du haut de la tribune de l’ONU un président arménien évoquait la perte de la patrie, même si Sarkissian  l’avait déjà rappelé à d’autres occasions.

« Justice », « rétablissement de la justice historique », « élimination des conséquences du Génocide arménien », « réparation », ce sont les maîtres mots que les Arméniens utilisent lorsqu’ils parlent de la solution du problème du Génocide. Il semble que le centenaire est l’occasion pour que ces mots soient entendus aussi par la communauté internationale et surtout par la Turquie.    


Génocide arménien : reconnaissance et réparations

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter

Partenaires du projet "Repair"

Twitter

Facebook